L'entreprise a subi des dommages matériels en raison de l'inactivité du directeur. Le tribunal a confirmé les poursuites judiciaires du cabinet d'avocats “AM”

17 Juin, 2020

Le Tribunal de première instance de la ville de Yerevan, présidé par le juge Arthur Stepanyan, a décidé de donner suite aux poursuites intentées par le cabinet d’avocats “AM” contre l'ancien directeur de l’organisation de crédit dans deux affaires civiles différentes.

La direction de l'organisation de crédit s'est adressée au cabinet d'avocats “AM”, informant que l'ancien directeur avait commis des actions illégales pendant son mandat, causant de graves dommages à l'entreprise.

L'organisme de crédit a accordé un prêt à une autre entreprise, mais l'entreprise a ensuite été déclarée en faillite.

Le directeur a été informé par la Banque centrale d'Arménie, mais n'a pris aucune mesure pour rectifier la situation. En conséquence, la société a été liquidée et toutes les restrictions sur les garanties ont été levées par une ordonnance du tribunal, causant à l'organisation environ 31 000 $ de dommages et intérêts.

Dans le deuxième cas, un prêt a de nouveau été accordé à une autre société, mais le directeur, n'ayant aucune autorité, sans fondement juridique et sans le consentement du conseil d'administration, a cessé de calculer les amendes, causant à la société environ 44000 $ de dommages et intérêts.

Paytsar KOCHARYAN, avocate de “AM”, a étudié toutes les circonstances de l'affaire et a constaté que l'ancien directeur de la société, officiellement autorisé à agir au profit de l'organisation, était inactif et n'avait pas rempli ses fonctions en raison desquelles l’entreprise a subi une perte d'environ 75 000 $.

Au cours d'un procès de trois ans et demi, l'ancien directeur de la société a plaidé non coupable et ce dernier a été déclaré en faillite.

Compte tenu de ce fait, le directeur a demandé au tribunal mettre fin à deux affaires civiles dont il était saisi.

Le cabinet d'avocats “AM”s'est opposé aux requêtes susmentionnées, compte tenu de la position de la Cour constitutionnelle sur l'applicabilité de la partie 2, paragraphe 2 de l'article 90 de la loi sur la faillite de la RA envers les créanciers. L'avocat Paytsar KOCHARYAN a demandé de ne pas mettre fin aux affaires et de poursuivre l'enquête.

À l'issue de l'examen de l'affaire, le tribunal a décidé de satisfaire pleinement la demande du cabinet d'avocats “AM”, obligeant le directeur à réparer intégralement les dommages causés par lui.

Commentaires
Facebook
 

Contact us