Le directeur du club accusé d'avoir privé l'employé de sa liberté a été acquitté. "AM" a enregistré une autre victoire

2 Décembre, 2020

Le directeur de l'un des clubs de karaoké d'Erévan a été accusé d'avoir illégalement privé un ancien employé du club de sa liberté pendant environ 30 minutes en le gardant dans le club pour non-remboursement de la dette. Selon l'accusation, le directeur a commis le crime avec la gérante du club, avec l'accord préalable.

Lors de l'enquête préliminaire, le directeur a admis en partie sa culpabilité et a fait un témoignage d'autodiffamation. Ce dernier avait sollicité une telle démarche pour dégager la dirigeante du club d'une éventuelle responsabilité pénale.

Au cours du procès, lorsque le directeur a été menacé d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 5 ans, sa défense a été assurée par l'avocat du cabinet d'avocats "AM" Levon Sahakyan.

Guidé par l'article 19, clause 6 de la loi RA sur le plaidoyer (L'avocat est obligé de ne pas prendre position sans être d'accord avec le client, sauf lorsque l'avocat est convaincu de l'autodiffamation du défendeur) agissant conformément aux exigences de la norme donnée, Levon Sahakyan parvient à prouver l'innocence de son client devant le tribunal, en conséquence, le Tribunal de compétence générale de la ville d'Erevan, représenté par Armine Meliksetyan, reconnaît et déclare à juste titre l'innocence de notre accusé.

Soit dit en passant, par le même verdict, la gérante du club a été libérée de sa responsabilité pénale en appliquant l'amnistie.

Commentaires
Facebook
 

Contact us