Ce battement est une nouveauté douloureuse: Grigor Minasyan

8 Avril, 2014Aravot.am

Le juriste parle sur le comportement des employés de l’exécution des peines alternatives

“Crime commis par des personnes  privées, généralement défaut systémique sérieux”-hier, pendant la conversation avec “Aravot” le partenaire gérant de cabinet d’avocats “AM”, PhD Grigor Minasyan a décrit comme ça ce qui s'est passé avec Arman Gasparyan de 32 ans. Rappelons: le dernier s'est adressé au défendeur des droits de l'homme annonçant que les employés du Ministère de la justice ont lui battu et maudit. Il a aussi presenté au Défendeur un record, qui, selon Arman, atteste de l’incident. Le jeune homme a déclaré que le 24 Mars à 13h00 il a apporté son ami au bâtiment de l’exécution des peines alternatives du Ministère de la justice. Après avoir accepté son ami, les employés  l’ont invité à la chambre où 4-5 personnes en uniforme étaient presents et qui ont  utilisé violence  contre lui.

Plus tard une enquête officielle au sujet de cet incident a été nommé. A la question de “Aravot” quelles mesures devraient être prises par les organs correspondants Grigor Minasyan a répondu- “Je pense, que le service d'enquête spéciale doit mener une enquête opératoire et objective  tandis que le Ministère de la justice devrait tenir compte de ces problèmes dans sa structure avec plus d'attention et de manière plus approfondie. La société a été au courant de la violence et d'autres infractions aux établissements de détention pendant des décennies, mais le fait que les employés de service de l’exécution des peines alternatives battent un homme, c’est une nouveauté douloureuse”. A l’observation que tout le monde sait que non seulement dans le système de justice, mais dans le système juridique de RA  en général telles methodes de travail sont applicable, récemment on a commencé à parler à ce sujet, mais le problème ne soit pas résolu et les traditions soviétiques maintiennent constamment dans le système de répression de loi, quelle est la raison:notre interlocuteur a objecté que le battement et la violence sont significativement réduits  à la police et aux prisons ces dernières années. Malgré cela, certaines traditions soviétiques sont partiellement conservées dans les prisons.  En ce qui concerne le service de probation de peine alternative, c’est un nouveau système qui s’est étalé  des pays anglo-saxons dans les pays romano-germaniques, puis a été importé dans l’espace post-soviétique, y compris en Arménie. Car ce système doit être destiné à la réhabilitation des personnes commis un crime, à l’apport d’un soutien psychologique la pénétration des mœurs soviétiques violents dans ce système nouvellement établi et en développement est plus incompréhensible et inacceptable. Quant aux raison de ces phénomènes, ici on peut noter traditions héritées des systèmes fermés, mauvaise administration et des perceptions criminelles des personnes individuelles sur leur propres autorités. A la question qu’est ce qui est nécessaire pour les changements réels, Grigor Minasyan a répondu: “Pour les changements réels il faut mettre en œuvre la stratégie des réformes judiciaries approuvé par le Président de la République d'Arménie. C’est- à-dire, il faut mettre en oeuvre programme déjà approuvé par une gestion efficace et continuer la coopération cohérente avec l'OSCE et d'autres structures aux fins d'assurer la conformité du service probatoire aux  standarts internationaux.

 

La conversation de Nelly Grigoryan

Quotidien “Aravot”

Commentaires
Facebook
 

Contact us